Le Mahjong de A à Z

Le Mahjong est d'origine chinoise et se joue avec des tuiles, ou p'ais, similaires dans leur description physique à celles utilisées dans les dominos. Toutefois, celles-ci sont gravées de symboles et de personnages chinois et sont réparties en suites et en honneurs. Ce jeu était très populaire au milieu des années 1920 en Angleterre, aux États-Unis et en Australie. Il a ensuite été réintroduit aux États-Unis après 1935, mais n'a jamais regagné son succès initial. L'institution officielle qui s'occupe de ce divertissement aux États-Unis est la Ligue nationale de Mah-Jongg fondée en 1937.

Le Mahjong est probablement un jeu datant du 19e siècle. Avant la Première Guerre mondiale, chaque province chinoise avait sa propre version de jeu et lui donnait un nom différent selon son dialecte. Étymologiquement le nom du jeu signifie « le Moineau » et a été l'objet de diverses prononciations comme ma tsiang, ma chiang, ma cheuk et ma ch'iau. Le moineau ou le mythique « oiseau aux 100 intelligences » est illustré sur l'une des tuiles. Le nom Mahjong a été inventé et déposé légalement par Joseph P. Babcock, un américain vivant à Shanghai. Il est connu pour avoir introduit le Mahjong en Occident après la Première Guerre Mondiale. Dans le but de promouvoir ce jeu en Occident, il a modifié les règles de base, a donné des noms en anglais aux tuiles puis a ajouté des lettres et des nombres pour faciliter la pratique du jeu aux joueurs de cartes.

Les variantes

La version américaine utilise 152 tuiles comprenant 8 jokers, avec environ 50 mains spéciales, et seul le gagnant y est récompensé. Le classique chinois utilise 144 tuiles et ne dispose pas de beaucoup de mains spéciales ou de limites de main. Ici, tous les joueurs marquent des points et pas uniquement le vainqueur.

L'ancienne version de Hong Kong utilise entre 136 et 144 tuiles. Elle ne dispose pas de beaucoup de mains spéciales (combinaisons de tuiles), on y gagne en faisant correspondre deux tuiles, et ces combinaisons sont converties en points. Seul le gagnant y est payé. La version classique japonaise utilise 136 tuiles, des fleurs viennent avec les séries de tuiles, mais elles ne sont pas utilisées dans le jeu. On retrouve ici plusieurs mains spéciales (combinaisons de tuiles), et seul le joueur est payé.

La version moderne japonaise Riichi /Dora utilise 136 tuiles. Des fleurs viennent avec les séries de tuiles, mais ne sont pas utilisées au cours du jeu. Dans cette version, le joueur a 13 tuiles dans une main et gagne avec 14 tuiles. Elle dispose de plusieurs mains spéciales (combinaisons de tuiles). Il est plus facile de marquer des points en mémorisant le tableau, et les points de base sont déterminés en fonction du nombre de fans. Dans cette variante de Mahjong, seul le vainqueur est payé.